Travailler chez Bayer

Travailler en Suisse

Territoire suisse : entrée et sortie

Diverses réglementations s’appliquent en matière d’entrée sur le territoire suisse, suivant que vous soyez ressortissant des États de l’UE/AELE ou non. Le Secrétariat d’État aux migrations est l’autorité en charge de ces questions.

Vous pouvez vous informer à ce sujet à l’adresse :

https://www.eda.admin.ch/eda/de/home/einreise-und-aufenthaltinderschweiz/informationen-zueinreiseundaufenthalt.html

Remarque relative aux liens externes : Bayer décline toute responsabilité quant au contenu des sites Internet externes. La responsabilité du contenu des pages correspondant aux liens incombe exclusivement à leurs exploitants.

Autorisations et visas

Afin de pouvoir vivre et/ou travailler en Suisse, toutes les personnes ne possédant pas la nationalité suisse doivent disposer d’un passeport valide et d’une autorisation de travail et/ou de séjour. Les autorisations sont classées dans les catégories suivantes :

  • Le livret G (autorisation frontalière) concerne les personnes qui travaillent en Suisse, mais sont domiciliées dans la zone frontalière étrangère.
  • Le livret L (autorisation de courte durée) est émis pour un séjour professionnel limité à une année au maximum.
  • Le livret B (autorisation de séjour) concerne les contrats de travail suisses d’une durée de 12 mois ou plus. Il est valide 5 ans.
  • Le livret C (autorisation d’établissement) peut faire l’objet d’une demande après 5 années de séjour régulier et ininterrompu en Suisse. Cette autorisation est de durée indéterminée. Le livret C recoupe davantage de droits que le permis B. Pour certaines nationalités, un délai de 10 années de séjour en Suisse doit être respecté avant de pouvoir déposer une demande de livret C

En Suisse, l’obtention d’une autorisation de travail dépend toutefois de plusieurs facteurs, p. ex. le pays d’origine, la formation, les compétences et les quotas fixés.

De plus amples informations sont disponibles sur le site Internet de l’Office de l’économie et du travail de chaque canton.

Les citoyen(ne)s de l’EU-17/AELE ne sont plus dans l’obligation de déposer une candidature pour obtenir un permis de travail : ce dernier leur est directement accordé sur présentation d’un contrat de travail aux autorités publiques compétentes.

Système fiscal

En Suisse, la confédération et chaque canton dispose de sa propre législation fiscale. La confédération tout comme les 26 cantons et les différentes communes lèvent pour partie divers impôts.

Il est recommandé de s’informer sur le site Internet officiel des impôts du canton ou de la commune concerné(e) avant ou après l’arrivée en Suisse. Vous trouverez un aperçu global du système fiscal de la Suisse sur le site Internet www.estv.admin.ch

Remarque relative aux liens externes : Bayer décline toute responsabilité quant au contenu des sites Internet externes. La responsabilité du contenu des pages correspondant aux liens incombe exclusivement à leurs exploitants.

Sécurité sociale

Il existe en Suisse un réseau de sécurité sociale dense offrant aux ressortissants et aux travailleurs, ainsi qu’à leurs proches, un niveau élevé de protection contre les risques dont ils ne pourraient surmonter seuls les répercussions financières.

Le système suisse de sécurité sociale recoupe cinq domaines :

  1. La prévoyance vieillesse suisse : la prévoyance vieillesse, survivants et invalidité repose sur le principe des trois piliers. L’assurance vieillesse et survivants (AVS) et l’assurance invalidité (AI) constituent le 1er pilier en combinaison avec les prestations complémentaires (aides lorsque les retraites et les revenus ne permettent pas de couvrir les besoins vitaux). Ce pilier couvre les besoins essentiels et est obligatoire. Tout aussi obligatoire, la prévoyance professionnelle (caisse de pension) constitue le 2e pilier. Le 3e pilier est composé de la prévoyance personnelle facultative.
  2. La protection contre les conséquences d’une maladie ou d’un accident,
  3. Les allocations pour perte de gain en cas de service et de maternité,
  4. L’assurance-chômage,
  5. Les allocations familiales.

Ces assurances assurent une protection des personnes en versant les prestations (retraites, allocations, allocations familiales, etc.) ou en prenant en charge les coûts en cas de maladie et d’accident.

Les prestations des différents secteurs d’assurance sont préalablement financées par les cotisations des revenus professionnels. La confédération et les cantons participent à différents degrés au financement de la sécurité sociale (AVS/AI), la financent intégralement (prestations complémentaires) ou aident les personnes aux revenus modestes à payer les primes (réduction des primes d’assurance maladie).

Assurance-maladie

En Suisse, une assurance de base souscrite auprès d’une caisse-maladie est obligatoire pour les résidents et les actifs. Dans les trois mois suivant son arrivée, la personne est tenue de souscrire une assurance pour elle-même et les membres de sa famille qui vivent également en Suisse auprès d’une caisse-maladie agréée. Le choix de la caisse-maladie est libre.

Vous trouverez un comparatif des caisses-maladies sur le site Internet www.comparis.ch

Remarque relative aux liens externes : Bayer décline toute responsabilité quant au contenu des sites Internet externes. La responsabilité du contenu des pages correspondant aux liens incombe exclusivement à leurs exploitants.

Assurance retraite / caisse de pension

L’affiliation à une caisse de pension est obligatoire en Suisse pour tous les actifs ; l’âge de départ à la retraite est fixé à 64 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes. Tous les employeurs suisses font partie d’une caisse de pension à laquelle doit adhérer chaque salarié. Dans de rares cas seulement, il est possible de continuer à cotiser dans le pays d’origine en remplacement des cotisations en Suisse. Si cette solution de retraite étrangère est reconnue par les autorités suisses, les cotisations d’assurance retraite peuvent être déduites des impôts.